Je suis en voiture, ma fille est au volant, la nuit est tombée. Nous longeons les bords de Seine. Mon œil est attiré par des mouvements et des lumières dans le ciel. Je lève la tête. Cela ressemble à des oiseaux mais des oiseaux lumineux et rose-violet. Je regarde la danse des lumières. Pendant quelques secondes, je pense aux réalisations de la nuit blanche. Il y a un côté magique, poétique et irréel. En même temps, je sens bien la réalité de ce que je vois. Comme un spectacle voulu par un artiste. Je pense à tout ça à la fois, mais ce sont des impressions. Ma pensée n'est pas très élaborée. C'est en écrivant que je reconstruis, que je structure, que je pose des mots.

Je suis toujours dans la voiture. On s'arrête au feu rouge. Je montre les « oiseaux » à ma fille. Elle me dit de regarder le pont. Il est éclairé. En rose-violet.