IMG_0169

Je suis très sensible aux petits bonheurs. Mais, le corollaire de cela, c'est que je suis également très sensible aux petits désagréments de la vie.

 J'ai passé une mauvaise journée. Longue (réunion à midi plus étude ce soir) et avec des élèves très énervés (c'est en géneral le cas le lundi). De plus, j'ai un élève avec une problématique bien particulière. Et aujourd'hui, il était ingérable.

Donc, je suis rentrée chez moi avec cette impression que la vie n'était pas une chose sympa. J'étais capable de me raisonner et de me dire que c'était juste une mauvaise journée. Mais l'impression restait.

Ensuite, je me suis attelée à un problème que j'avais depuis hier soir. Le socle de ma bouilloire était tombé derrière le placard. J'ai essayé de le faire remonter avec le manche d'un balai. J'ai essayé à trois reprises en attrapant de fil. J'y suis presque arrivée jusqu'au moment où tout est retombé plus bas.

J'ai alors vidé tout le placard, déplacé le meuble, attrapé tout ce qui était derrière, aspiré le sol, nettoyé à l'eau, aspiré de nouveau, remis le placard en place, rangé la nourriture de façon plus rationnelle. J'y ai passé du temps. Au début, cela a été contraignant et même un peu décourageant. Et, à la fin, j'étais contente d'avoir résolu mon problème, d'avoir nettoyé, d'avoir récupéré le couvercle d'une boîte, et d'avoir rangé d'une façon qui allait être plus simple.

J'ai même oublié l'impression désagréable que j'avais en rentrant.