DSC06835

 

Aujourd'hui,, samedi 17 juin, je suis censée rester à la maison pour faire mes livrets d'évaluation. Mais je suis plus dehors que dedans.

 

Je vais au marché et je vais faire ensuite un tour dans l'église qui est ouverte le samedi matin. Elle n'est pas très vieille, fin XIXème, mais l'intérieur a beaucoup de charme. Grâce aux vitraux, des lumières bleues et rouges tombent sur le parquet.

Devant les bougies, une mère est là avec ses trois enfants. Elle dit au plus jeune qu'il peut en allumer une. Il va pour mettre un euro dans la boite en bois, mais il reste la main en l'air quelques petites secondes avant de mettre la pièce dans la fente. Ensuite, il met du temps à choisir sa couleur de bougie, puis encore du temps pour choisir avec laquelle il va l'allumer et encore du temps pour choisir l'endroit où la poser. Sa mère lui dit alors qu'il doit faire une prière. (Cela me gêne un peu. Il est normal quand on est une mère catholique, ou musulmane, ou juive, de montrer la voie de la religion à ses enfants, mais ce petit garçon est si jeune, ne peut-on lui laisser le temps de choisir par lui même ?). Mais l'enfant demande à sa mère, en chuchotant mais fermement, de le laisser tranquille. Alors elle s'éloigne avec les deux grands, et lui, les mains jointes, fait une prière.

 

L'après-midi je vais donner des vêtements à Emmaus. Cela peut attendre, mais tout prétexte est bon pour sortir. A l'entrée, une femme est allongée sur un sofa, du style de celui de madame Récammier, Elle est africaine, au moins mon âge, et en tenue traditionelle. Elle me regarde au moment où je soupire. Je lui dis :

- Il fait chaud.

- Non, ça va, on est dans le courant d'air.

Je lui dis alors en m'approchant un peu et en parlant bas :

- C'est l'âge.

- Oui, il y a des passages dans la vie. On s'habitue.

Et ensuite :

- Mais vous avez quel âge ?

- 52 ans.

Je ne me souviens plus de ses mots exacts mais elle me dit que je ne fais pas mon âge.

Je lui fais un sourire mais je n'ai même pas le réflexe de lui dire merci. Je suis un peu gênée par le compliment, mais en même temps cela me fait vraiment plaisir. Je ne pense pas être particulièrement narcissique, mais j'aime bien que l'on me dise des choses gentilles.