Petits riens

07 janvier 2017

Epiphanie, sapin, voeux

DSC07732

 

Hier, c'était l'Epiphanie. Par la gardienne de mon école, j'ai appris que les services de la ville attendaient cette date pour enlever les décorations et que c'est une tradition : on défait son sapin à ce moment là. J'ai encore le mien, j'allumerai encore un peu les guirlandes et je le déferai ce week-end.

**********

Je vous ai souhaité des voeux à rallonge. Je voulais en trouver plusieurs, qu'il y en ait pour chacun. Je vais vous avouer quelque chose. J'ai écrit mon billet, j'ai eu trois commentaires rapidement, mais j'ai continué à rajouter des voeux au fur et à mesure de mon inspiration. Un mot en appelait un autre et je me suis laissée entraînée. D'ailleurs, c'est aussi en allant vour voir que j'ai en trouvé d'autres. Je me suis interdit de copier vos souhaits. J'ai juste rebondi sur certaines choses lues ci et là. J'aurai pu vous souhaiter cela aussi : l'inspiration. Mais Joëlle a commenté mon billet : " J'espère qu'il en restera encore à désirer sinon nous deviendrons des enfants gâtés". Entièrement d'accord avec toi Joëlle.

**********

Il y a une chose que je n'ai pas voulu vous souhaiter : de l'argent. Pourtant, c'est bien aussi. On dit que l'argent ne fait pas le bonheur mais c'est plus facile si l'on en a suffisamment. On considère peut-être que l'argent est sale. Je me demande si, dans les pays anglo-saxons, on se souhaite plus facilement d'avoir de l'argent.

Il y a une personne qui m'en a souhaité. Un animateur de mon école. Je lui ai dit que c'était difficile d'en avoir plus, que l'on avait nos salaires, toujours à peu près la même chose. Il m'a dit : "L'argent, il suffit de le trouver !"

C'est peut-être parce que je suis salariée que cela me paraît vain de souhaiter de l'argent mais cela a sûrement du sens pour un commerçant ou un agriculteur par exemple, celui qui ne sait pas ce qu'il aura à la fin du mois.

**********

L'année dernière j'ai déjà écrit sur les voeux de santé. Les voeux oraux que j'ai reçu le plus souvent étaient "Bonne année ... et bonne santé surtout". Ce n'est pas très original et pourtant c'est cela le plus important. La base. Alors je vais vous resouhaiter la santé surtout.

**********

A l'école, chaque année je donne la même poésie à mes élèves, celle de Rosemonde Gérard. J'ai déjà discuté de la fin avec une collègue. Il y a deux versions qui circulent sur Internet. L'une dit "Bonne année à tous ceux que j'aime / Et qui m'entendent ici bas / Et bonne année aussi quand même / A ceux qui ne m'aiment pas". Et l'autre : "Bonne année à tous ceux qui s'aiment / Et qui m'entendent ici bas / Et bonne année aussi quand même / A tous ceux qui ne s'aiment pas". Je suis allée à la bibliothèque mais je n'ai trouvé aucune poésie de Rosemonde Gérard. Si l'un d'entre vous connaît la bonne version...

**********

Noël est passé. Je vais bientôt défaire mon sapin. Je vais défaire celui de l'école. Je suis allée à la messe de minuit et j'ai fait une expérience intéressante. Mais c'est long à raconter. Je le ferai la prochaine fois. Ca prolongera un peu Noël.

**********

C'était l'Epiphanie hier. On peut commencer à manger de la galette. J'ai dit à mes élèves que l'on fabriquerait des couronnes lundi. Ils étaient contents. Je n'oublierai pas de préparer quelque chose car eux n'oublieront pas.

Posté par Dalva123 à 09:08 - Commentaires [17] - Permalien [#]


03 janvier 2017

Voeux

IMG_20141005_013017

IMG_20141005_013023

 

IMG_20141005_013049

 

Bonne année à tous,

Que cette année 2017 soit pleine de bonheurs, de joies, de rires, de gaité, de beauté, d'émerveillements, de poésie, de musiques, de créativité, d'enchantements, de lumières, de belles rencontres, d'amitié, d'amour, de brillance, de santé, de curiosité, de bonnes surprises, de bonne humeur, de sensibilité, de douceur, de danse, de photos, de dessins, de beaux mots, de belles paroles, d'enthousiasme, de magie, de désirs, de chansons, de foi, d'attachements, de bienveillance, d'émotions intérieures, d'émotions partagées, de bien-être, de paix, de sérénité, de sensualité, de simplicité, de gratitude, de couleurs, de richesses intérieures et dans les relations.

 

Posté par Dalva123 à 21:29 - Commentaires [15] - Permalien [#]

19 décembre 2016

La magie de Noël (1)

 

DSC07726

 

 

C'est quoi Noël ? Cela dépend de chacun. Cela peut être les cadeaux, le réveillon, le sapin, le père Noël, les illuminations, les rituels familiaux, la crèche, la bûche, les treize desserts, la messe de minuit, l'hiver, le froid, la neige parfois, les retrouvailles familiales, la préparation de la fête (il y aura qui ? on mangera quoi?), les enfants qui croient au père Noël, les courses dans les magasins bondés, les belles tables (cette année, je m'emerveillerai encore devant celle de Cathyrose), les boules, les guirlande et les petites décoration du sapin.

Ce que je préfère à Noël, ce sont les illuminations.

Dans mon sapin, l'élément le plus important est la guirlande électrique. Quand j'ai commencé à travailler et que j'ai emménagé dans un petit 30 m2, je n'ai pas imaginé ne pas avoir de sapin (pourtant ce n'était pas la première fois que j'avais mon lieu de vie, mais c'était la première fois que la nécessité du sapin était là). J'en ai trouvé un tout petit. Au cours d'un déplacement professionnel en Allemagne, j'avais acheté de jolies petites décorations en bois. Et j'ai acheté une guirlande électrique en France.

Le matin, alors qu'il faisait encore sombre, je déjeunais dans le tout petit salon, sans allumer (seulement la guirlande), avec cette alternance lumière-obscurité, et l'odeur de l'épicéa.

De mon appartement précédent, je voyais la place devant chez moi avec ses deux sapins éclairés. Pendant les nuits où j'avais du mal à dormir, je m'installais dans la salon. Je ne faisais rien, je n'allumais pas, je regardais les sapins et la tranquillité de la place déserte.

J'habite maintenant un appartement qui donne sur un autre immeuble. De l'une des fenêtres du salon, je vois un bout de ciel, mais sinon, je vois des balcons, très proches. Une famille de voisins, les deux hivers précédents, avait décoré le sien d'une guirlande électrique, avec le bleu qui dominait. C'était juste en face de la fenêtre de ma cuisine. Le matin, je n'allumais pas. Je prenais mon café en regardant les lumières. Je trouvais que c'était très généreux de la part des voisins car c'était les autres, finalement, qui en profitaient le plus. Cette année, il y a toujours le petit drapeau qu'ils ont installé après les attentats de 2015, mais il n'y a pas de guirlande. Je suis déçue.

Je sais que, d'un point de vue écologique, les illuminations sont très coûteuses. Mais, alors que j'ai une bonne conscience écologique, là, j'avoue, je n'y attache pas d'importance.

 

Posté par Dalva123 à 10:59 - Commentaires [23] - Permalien [#]

19 novembre 2016

Photos

Le 14 juin 2015 je voulais éditer trois photos mais je n'ai pas réussi à le faire : un problème de taille d'images. J'en avais fait le sujet de mon billet. J'ai eu le même problème ensuite avec toutes les photos prises avec mon téléphone. Il aurait suffit de télécharger des applications qui réduisent les formats mais je suis un peu neuneu avec la technique. Et là, ça y est ! J'ai trouvé la solution. Directement dans canalblog. Un simple petit rectangle gris sur lequel cliquer.

Alors voici les trois photos. Trois femmes sur les murs de Marseille. Si elles y sont encore... Juin 2015, cela fait longtemps. C'est éphémère l'art mural.

 

 

IMG_20150424_112756

IMG_20150424_112807

IMG_20150424_112824

 

 

 

 

Posté par Dalva123 à 10:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]

Ange gardien

 

 IMG_20140717_160415

En lisant le commentaire de Giabanika sur mon autre blog, j'ai envie de vérifier si toutes les chaînes de télé parlent d'ange gardien.

On est samedi matin, entre 8 et 9 heures.

Quand j'allume la télévision, je tombe sur National Géo, la dernière des chaînes auxquelles je suis abonnée (j'ai dû encore zapper avant d'éteindre hier). Le titre du programme : La route de l'enfer.

Sur TF1 : Tifou, un dessin animé avec un petit garçon qui en aide un autre.

France 2 : Télématin. Un homme parle du concert d'une chanteuse qu'il a découverte « Vous sortez de là, vous êtes bien … elle a la grâce ».

France 3 : un dessin animé, avec un méchant. L'ange gardien viendra peut-être après pour sauver les gentils.

Canal plus : Maryland en crypté

France 5 : Mickey (qui a bercé notre enfance n'est-ce pas?)

M6 : M6 boutique avec un robot de cuisine qui fait tout, même la cuisson.

Arte : 360°. Image d'une directrice d'hôpital qui parle de lait de chamelle qui aurait guéri plusieurs de ses patients.

C8 : Télé achat avec un homme qui découpe le bas d'une porte avec son super appareil. « Votre chien pourra inviter ses voisins ».

W9 : un festival de musique. Un homme chante : « J'ai rencontré une fille  / En forme de fée ».

TMC :TV achat.

NT1 : Revenge.

 - Quel genre de personne ? demande une femme.

 - C'est une personne que j'aime fort, dit l'homme.

Et ils s'enlacent.

NRJ12 : Télé achat

Public Sénat : « Nous verrons ce que nous prépare vraiment Donald Trump » dit un commentateur.

France 4 : Star wars rebel, un dessin animé.

BFM : la primaire à droite.

I télé : un reportage sur deux jumeaux échangés et qui se retrouvent une fois adulte (pourquoi le commentaiteur dit-il « échangés », ne devrait-on pas dire séparés à la naissance?).

Cstar : La chanson « Je pars le jour de nos fiançailles ».

Gulli : Objectif Blake, un film d'animation avec un petit robot artiste qui fait de la peinture.

France ô : Une chanteuse. « Je dois avancer / Je me reconstruis ».

Et j'arrête là, je me lasse de l'exercice car je prends des notes à chaque fois. J'ouvre mon ordi, je tape mon billet (sur un traitement de texte cette fois...), je l'édite en brouillon sur canalblog, je me lève, et j'éteins les lumières que j'avais négligemment laissées allumées dans l'appartement. De toute façon, il n'y en a plus besoin. Du soleil rentre chez moi. Il y a un grand ciel bleu.

 Rajout post-publication : je n'ai pas voulu mettre de commentaire, juste laisser la libre interprétation chacun. Mais moi j'en ai vus beaucoup d'anges gardiens dans ces petits instants de télé. Et vous ?

 

Posté par Dalva123 à 09:04 - Commentaires [15] - Permalien [#]


12 novembre 2016

Le monde

 

DSC06097

 

 

Le monde ne doit pas nous envahir. Je lis cette petite phrase chez Maria Lina et elle me parle. Je pense à un moment vécu dans mon milieu professionnel il n'y a pas longtemps et je sais maintenant quel titre je pourrais lui donner "Le monde qui nous envahit".

A l'école, j'ai plusieurs jeunes collègues. Vus leurs âges, elles pourraient être mes filles. Une génération nous sépare. Récemment, l'une d'elle a fêté un événement à l'heure du déjeuner. Une autre lui avait fabriqué une pochette qu'elle avait brodée. Tout le monde l'a trouvée très jolie. Une troisième collègue a dit :

  --Je suis sûre qu'elle va bientôt se trouver sur Facebook.

  -- Elle va même s'y retrouver tout de suite, a dit celle qui avait reçu le cadeau.

Elle a fait quelque manipulations sur son téléphone et a ajouté :

  -- Ca y est !

Cela m'a fait une drôle d'impression tout en réalisant que cette façon de faire était sûrement commune a beaucoup d'utilisateurs réguliers de Facebook. Comme si le moment présent ne pouvait pas être vécu pour lui-même. Il fallait le publier pour qu'il existe vraiment, et surtout sans attendre. Je me suis dit  : « On n'est pas de la même génération. »

 

Ensuite, je me suis dit aussi qu'il ne me fallait pas juger et faire des catégories si rapidement. Et moi avec mon blog ? Il y a des différences, c'est sûr. Mais je dois faire attention à ce que l'eau ne rentre pas dans le bateau (si vous ne comprenez pas cette dernière phrase, je vous invite à aller chez Maria Lina...)

Posté par Dalva123 à 09:04 - Commentaires [19] - Permalien [#]

31 octobre 2016

Chemin des écoliers

feuille60003

 

 

Ce matin, je suis allée faire des courses dans un magasin de bricolage. En arrivant à l'arrêt du tram, au lieu de tourner à gauche, je susi allée à droite, vers le parc. "Allez ! Juste un petit moment ! C'est presque sur mon chemin." En arrivant, il y avaiit une allée avec des arbres jaunes qui se rejoignaient en leur sommet. En m'approchant, j'ai pu voir qu'il y avait d'autres couleurs. Certains arbres étaient encore verts, d'autres jaunes, d'autres rouges, d'autres bicolores et d'autres encore à la fois vert, jaune et rouge. Et pourtant c'était toujours la même espèce. Mais c'était magnifique.

Une femme est passée avec un enfant dans une poussette et une petite fille qui marchait. Elle s'est extasiée. Je me suis approchée d'elle et je lui ai demandé si elle connaissait le nom de cet arbre.

  - Ce n'est pas un châtaigner ni un marronnier ni un hêtre, ça je connais ... non, je ne sais pas, désolée.

Quand j'ai continué à marcher, j'ai entendu la petite fille.

  - Moi je sais ce que c'est.

  - Ah bon ! lui a dit sa maman. C'est quoi ?

  - C'est un ... c'est un ... c'est un arbre.

  - Oui mais quel arbre ?

  - Euh ... un  ... un sabre.

 

J'ai avancé et j'ai ramassé quelques feuilles mortes en me disant que je vous poserai la question. Ce sont celles que j'ai mises en début de billet.

Posté par Dalva123 à 20:35 - Commentaires [17] - Permalien [#]

29 octobre 2016

Soi et les autres

 

DSC06750

 

Oui, je pense qu'il y a un peu de soi dans toutes les histoires que l'on écrit, un soi conscient, mais quelquefois aussi un soi inconscient (c'est bien aussi de laisser parler son inconscient et de voir ce qu'il vous fait écrire). Il y a de soi, dans le personnage principal mais quelquefois aussi dans un personnage secondaire.

Lorsque j'ai écrit l'assistante du dentiste, je n'étais au départ ni l'assistante ni la dentiste. J'étais la patiente ou devrais-je dire celle qui était allongée et très impatiente de quitter le cabinet. Mais évidemment, lorque je me suis retrouvée devant mon écran d'ordinateur, et que j'ai écrit cette histoire à la première personne du singulier, je me suis mise à la place de l'assistante.

Lorsque j'ai écrit Décision à prendre, c'était après la visite à une collègue. Elle habitait une une maison que j'ai adorée. A cette époque, je projetais de me séparer du père de mes enfants et je me suis dit que si j'habitais cette maison là, j'aurais beaucoup de mal à en partir.

Lorsque j'ai écrit l'histoire de la mariée, je n'étais ni la mariée ni une invitée mais une spectatrice. J'étais au parc avec mes enfants. C'était il y a assez longtemps. Ils devaient jouer quelque part avec leurs copains et moi j'étais assise sur la pelouse, devant le bassin. Il faisait doux, j'étais bien, vraiment bien. Ce devait être un samedi car un mariage est venu s'installer là. J'aime bien regarder les mariages, une nostalgie de l'adolescence où je rêvais de me marier en robe blanche (ce qui ne m'est pas arrivé). Je regardais la mariée, le marié, le photographe, les invités. C'était l'image du bonheur, mais un bonheur trop lisse. Juste une surface de bonheur. Ca n'avait pas l'air complètement vrai. Est-ce la jalousie qui me faisait dire ça ? Ou quelque chose que j'ai senti en les regardant ? Tout était trop tranquille. Je me suis dit qu'il devait y avoir une faille quelque part. Une péniche est passée et j'ai trouvé une histoire.

Il y a des histoires dont je me souviens très bien du point de départ et du moment où j'y ai pensé. D'autres non. Je m'attache davantage aux premières indépendamment du résultat.



Posté par Dalva123 à 11:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]

24 octobre 2016

Mauvaise humeur

DSC06079

Je viens de passer un moment à écrire un nouveau billet et, au moment où je tentais d'insérer une image, mon ordinateur s'est déconnecté d'Internet. J'ai perdu mon texte. Je le recommencerai une autre fois. 

Cela me servira de leçon. La prochaine j'écrirai sur un traitement de texte avant de poster sur canalblog.

Quand même, je suis légèrement énervée. Vous pouvez l'imaginer...

 

Posté par Dalva123 à 10:27 - Commentaires [13] - Permalien [#]

17 octobre 2016

Fiction

 

DSC06080

 

 

Les textes que j'ai postés et que je posterai sur mon autre blog sont des textes de fiction (qu'ils soient écrits à la première ou troisième personne). Au début, je me sentais obligée de préciser que ce n'était pas de moi qu'il s'agissait, mais de ma narratrice.

Quand j'ai posté mon texte sur la décision, difficile, d'une séparation, certains d'entre vous m'ont soutenue comme s'il s'agissait de moi. Mais là, je n'ai rien ajouté. Je me suis dit, qu'après tout, cela voulait dire que mon histoire paraissait vraie. Et puis elle aurait pu l'être. La maison que je décris, j'y suis vraiment allée. C'était la maison d'une collègue qui m'avait invitée à une époque où je projetais de me séparer du père de mes enfants. Je me suis servie de ces deux éléments pour écrire mon histoire.

Quand j'ai posté mon texte sur une femme qui gagne au loto, je savais que personne n'allait croire que c'était vrai. 

Et là, j'ai posté un  texte sur une mariée. Je précise : cette femme ne me ressemble pas... Je n'ai pas très envie que l'on me confonde avec elle. En plus, je ne me suis jamais mariée. Mais je vous raconterai dans mon prochain billet comment m'est venu ce texte. J'aime bien l'histoire derrière cette histoire.

 

 

Posté par Dalva123 à 22:26 - Commentaires [14] - Permalien [#]